Les instruments de mesure existants

Performance perçue

Bailey et Pearson (1983) constatent que la productivité est en partie due à plusieurs facteurs directement ou indirectement liés aux systèmes d’information. Selon eux, il est indispensable que les outils de traitement de l’information soient fournis avec efficience et que ces outils soient également utilisés avec efficience. Or, ils remarquent une forte corrélation entre la satisfaction des utilisateurs des systèmes d’information et la « réussite » de ses derniers. Après avoir déterminé 36 facteurs de satisfaction, Bailey et Pearson administrent un questionnaire semi-directif à échelles auprès d’utilisateurs des systèmes d’information. La conclusion de cette étude et que la satisfaction est mesurable pas la somme des facteur soumis à des coefficients d’importance perçus et exprimés par l’utilisateur.
Baroudi et Orlikowski (1988) prolongent cette étude par la réduction des facteurs au nombre de treize. Ils distinguent les résultats en fonction des tâches des individus sondés (utilisateur, informaticien, décisionnaire, …) et complètent leur recherche par des étude de cas.
Doll et Torzadeh (1988) précisent l’étude par le biais d’une échelle de Likert à 5 intervalles concernant 40 items psychométriques. Cette étude concerne plus précisément l’utilisateur final pour lequel les chercheurs estiment que les facteurs précédents ne sont pas adaptés. Ils obtiennent ainsi 12 critères de satisfaction répartis dans 5 facteurs : Le contenu de l’information, l’exactitude de l’information, le format de l’information, la facilité d’utilisation du système d’information et la rapidité d’obtention de l’information.

Un autre instrument de mesure est celui de la réussite des systèmes d’aide à la décision (Sander, 1984). Sanders recherche alors la variable dépendante de l’impact des systèmes d’information sur la performance des utilisateurs et sur l’efficacité organisationnelle. L’instrument de mesure, comprenant cette fois 20 items, est facilement administrable. Cette étude, bien que non vérifiée par l’empirique, mènera à la précision de l’influence des systèmes d’information sur leurs environnements.

Davis (1989), identifie des variables dépendantes et indépendantes cautionnant la facilitation d’utilisation et l’acceptation des systèmes d’information. Chacun de ces derniers problèmes se voit affecté de 6 critères de mesure constitués d’échelles à 7 intervalles. Afin de valider les propos recueillis, Davis établit des critères de validité à chaque réponse : Haut niveau de convergence, validité de contenu, validité discriminatoire. Il détermine ainsi que l’utilité perçue, contrairement à la facilité perçue, est fortement corrélée avec le degré d’utilisation.

Enfin, la perception de l’adéquation technologie-tâche et de la performance individuelle a été étudiée par Goodhue et Thompson (1995). Les auteurs mettent en place une matrice multidimensionnelle qui met en relation les caractéristiques de la tâche, de l’individu et du système d’information. A partir de cette matrice, ils définissent le degré d’adéquation entre la technologie mise à disposition et la tâche qu’elle est sensée servir. Selon ce modèle, la performance est proportionnelle à l’adéquation. Il est important de noter que l’inadéquation implique un effet rétroactif sur les caractéristiques individuelles (motivation, …) et donc sur la performance.

Accéder à l'index: Evaluation des systèmes d’information pour une optimisation du management des forces de vente

Vous pouvez utiliser librement le contenu de ce site dans la mesure ou vous citez correctement les différentes références ; et notamment: Benoît Chapron. Evaluation des systèmes d'information pour une optimisation du management des forces de vente. 2006. + adresse du site WEB. Afin de copier le contenu de la page, . L'étude empirique, pour des raisons liées à la confidentialité de certaines données des entreprises qui se sont prétées à l'expérimentation, n'est pas publiée en ligne. Pour tout commentaire, n'hésitez pas à me contacter via mon site: http://www.commercialement.com. Bonne lecture à tous !